"La science-fiction" de Denis Guiot

De l'âge d'or à nos jours

"La science-fiction" de Denis Guiot

Messagepar Cryptide » Lundi 21 Avril 2008, 00h02

La science-fiction (Denis Guiot)

Dernièrement, j'ai retrouvé avec plaisir (et un chouïa de nostalgie) LE dictionnaire qui avait été durant de longues années pour moi le guide de référence quand j'ai commencé à lire de la SF.
L'ouvrage s'intitule tout simplement La science-fiction par Denis Guiot, avec la collaboration de J.P. Andrevon et G.W. Barlow (collection "Le monde de..."). Bien sûr, le livre ayant été publié en 1987, on y trouve essentiellement les auteurs les plus classiques (mais pas que...), jusqu'au début des années 80. Des auteurs comme Simmons, Bear, Robinson, etc... ne s'y trouve évidemment pas (même pas William Gibson).
Mais je me suis souvenu de la particularité de ce petit livre : un style d'écriture plus inspiré que ce que l'on trouve d'habitude dans les dicos de SF, où l'auteur se contente souvent d'une écriture purement informative.
Est-ce dû au fait que ce dico là avait-été rédigé par de "vrais" auteurs (Andrevon, notamment) ? Sûrement.
Toujours est-il que je me rappelais encore de certaines jolies formules et de la première phrase de certains paragraphes dont l'entrée en matière m'avait beaucoup plus.
Comme je l'ai dit, cet excellent dictionnaire a été mon vade-mecum et c'est grâce à lui que j'ai découvert tous les classiques (Asimov, Clarke, Dick, Sturgeon...) et certains autres moins connus (Ian Watson, Keith Roberts, Robert F. Young). Outre les auteurs, on y trouve aussi des entrées thématiques fort instructives.

Voilà, c'était juste histoire d'évoquer cette époque et cet ouvrage bien sympathique que j'avais négligemment laissé prendre la poussière.
Peut-être que certains d'entre vous le possède (ou l'on possédé) ? A-t-il eu la même importance pour vous ? Vous a-t-il donné la même impression qu'à moi ?
Quand aux autres, je ne peux que leur en conseiller la lecture s'il le trouve chez un bouquiniste, malgré son contenu incomplet et une couverture vieillote, même si la SF des débuts jusqu'aux années 80 n'a plus de secret pour eux.

Quelques extraits (les phrases entre crochets sont mes petits commentaires) :

Arthur C. Clarke [honneur à celui qui vient de nous quitter] :

... c'est le grand classique de la SF : son oeuvre a la tranquille grandeur des mers du sud par beau temps. Mais si on regarde sous la surface bleue - comme aime à le faire cet amateur de plongée sous-marine installé pour cela à Ceylan - quelle diversité !

Carolyn Cherry

Avec un nom pareil, comment ne pas l'aimer ! [ :) ]

André Ruellan

...Et l'on apprit ainsi que sous Steiner se cachait un médecin plus attiré par l'écriture que par la pratique médicale : André Ruellan. (...) Steiner et Ruellan allaient désormais cohabiter sous un même toit abritant le fantastique et la science-fiction, dans une maison en apparence hybride et pourtant fort cohérente, dont chaque fenêtre allait laisser échapper les éclats coupants d'une ironie ravageuse... [jolie métaphore, non ?]

Michael Coney

Bien qu'appartenant à une autre génération que John Wyndham ou Arthur C. Clarke, M.-G. Coney, par ses thèmes et la manière de les traiter, est a priori l'archétype de l'écrivain britannique attaché à son insularité, participant à un esprit post-colonialiste lucide (Kipling n'est pas loin), et sirotant son scotch en attendant le prochain cataclysme...
[j'aime bien cette image, qui me semble convenir aussi à Ballard]

Femmes

Intitulé gênant ! Fallait-il écrire SF et féminisme (trop limitatif), SF et féminitude (trop particulariste), SF et féminité (trop nunuche) ? J'entends d'ici les féministes se récrier. Et je leur donne d'avance raison. Mais quand même, il y a un problème structurel : les écrivains de SF femmes écrivent-elles pareil que leurs confrères ? Et accessoirement, un problème quantitatif : quelle est leur proportion ? Ce sont ces deux axes, un grand, un petit, qui seuls, sinon justifient, du moins peuvent aider à faire accepter ce paragraphe.
[grande question...qui mériterait peut-être un fil à lui seul ? :wink: ]

Catherine Moore et Henry Kuttner

Ici, le critique ne saurait séparer ce que Dieu a uni !

Serge Brussolo

"Un pratiquant de l'inceste entre imaginaire et logique" : c'est en ces termes que dans sa fameuse anthologie consacrée à la jeune science-fiction française Futurs au présent (PdF,1978), Philippe Curval présentait Serge Brussolo (dont la nouvelle Funnyway obtenait, l'année suivante, le Grand Prix de la SF française).
Grâce à une écriture gorgée d'images perverses et pratiquée comme un rituel d'envoûtement, Brussolo sculpte de livre en livre des cauchemars logiques à la beauté convulsive.

René Barjavel

En science-fiction, le principe des vases communicants s'énonce comme suit : plus un écrivain SF est connu du "grand public", moins les fans "purs et durs" l'apprécient. Comme si le succès commercial hors du ghetto SF était une tare en soi !

Raphaël Lafferty

Ingénieur électricien, ivrogne, catholique et gros [presque trop pour un seul homme !], Lafferty publie sa première nouvelle à l'âge de 45 ans et, depuis, écrit une science-fiction à nulle autre pareille. Lafferty, c'est l'insolite dingue, l'humour déroutant, l'érudition infernale mâtinée d'une verve canulardesque, l'hermétisme le plus agaçant s'accouplant avec la loufoquerie la plus totale.
Avatar de l’utilisateur
Cryptide
Membre 100
Membre 100
 
Messages: 204
Inscription: Vendredi 11 Janvier 2008, 01h02
Localisation: Belgique

Re: "La science-fiction" de Denis Guiot

Messagepar neocobalt » Lundi 21 Avril 2008, 00h32

Cryptide a écrit:Femmes
grande question...qui mériterait peut-être un fil à lui seul ? :wink:

Je ne me permettrais même pas de t'y encourager, car je ne voudrais pas que tu aies des démêlés avec elles. :wink:

Ok, ok, je sors... :oops: :wink:
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4319
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris


Retourner vers Science-Fiction

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité