Yabaar

Yabaar

Messagepar yabaar » Mardi 22 Octobre 2013, 15h35

J'ai commencé il y a quelques années, un petit roman d'espionnage qui me permet de passer le temps lorsque je suis coincé à l'hôtel, le soir, lors de mes voyages professionnels. Et j'aimerai soumettre ce misérable texte en toute humilité à vos bons conseils. Cela se trouve du coté des Projets.

J'attends vos commentaires ici ;-)
On m'appelle Yabaar.
Avatar de l’utilisateur
yabaar
Administrateur - Graphisme
Administrateur - Graphisme
 
Messages: 596
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h16
Localisation: Gamma Quadrant via le wormhole de WSBG

Yabaar - La Main

Messagepar yabaar » Mardi 12 Novembre 2013, 13h43

À propos d’Helena Koenig

Nom, lieu et date de naissance inconnus.

Probablement d’origine grecque.

De -850 à -230, elle vit à Carthage, assiste à la répression d’Hamilcar Barca, puis va en Hispanie.

En -52, après la bataille de Gergovie, Helena assiste à la reddition de son roi, Vercingetorixs, devant Caius Julius Caesar à Alésia, et accompagne le proconsul lors de son retour à Rome. En -46, lors du Triomphe de Caesar, elle ne peut empêcher la mise à mort de son roi dans l’arène, voulue par le Sénat contre l’avis de Caesar, ni l’assassinat, organisé par le même Sénat, de Caesar lui-même deux ans plus tard. Malgré la protection de Marc-Antoine, elle voit la colère grandir contre Cléopâtre et fuit Rome, s’établit à Massilia, y fait du commerce durant quelques années et part vers l’Asie. Elle passe ainsi plusieurs siècles à voyager, ou à se cacher des humains. Elle se déplace tous les dix ans en moyenne. En Asie, elle apprend les arts-martiaux, le maniement de multiples armes et instruments de musique. Elle devient guérisseuse. Elle lit et apprend les langues de tous les pays qu’elle traverse.

Helena revient en France/Italie lors de la Renaissance.

Helena fait partie des premiers émigrés Européens vers l’Amérique.

Helena participe à la Guerre d’Indépendance des Etats-Unis avant de revenir en France avec Lafayette. Comprenant qu’elle ne peut rien faire contre la marche de l’Histoire, après la mort de Danton, elle fuit la violence de Robespierre et l’hystérie de la Révolution Française en se cachant à Toulouse et Albi. En 1821, elle échappe aux sbires de Vidocq, et devient infirmière puis médecin vers 1870. La guerre de 1870 terminée par la défaite contre l'Allemagne fraîchement unifiée derrière la Prusse, elle est à Lyon vers 1893 et se place comme laborantine dans l’usine Lumière.

Vers 1909, Helena est à Paris et travaille dans l’une des Brigades du Tigre au département médico-légal. Clémenceau comprend alors ce qu’elle est. Elle ne peut plus se cacher. Elle a ordre de ne pas intervenir dans le conflit de la première guerre mondiale, et on l’éloigne aux Etats-Unis où elle apprend à piloter des avions et reste à New York jusqu’en 1935. Elle y parfait son éducation dans différentes universités et travaille comme journaliste au New York Times, ce qui la fait venir en Espagne en 1936.

Durant la seconde guerre mondiale, elle part à Londres et convoie les avions de guerre vers les bases aériennes. Elle pilote également des avions tractant des cibles d’entraînement. Evidemment, suite à des renseignements fournis par l’O.S.S., ni le gouvernement en exil de Charles de Gaulle, ni celui de Winston Churchill ne lui permettent d’aller au combat direct. En 1943, elle devient néanmoins tireuse d’élite et participe, après le débarquement, à la libération de nombreuses villes en France en neutralisant des réduits de la Waffen SS.

En 1956, elle obtient un allègement de son contrôle et, rendue à la vie civile, elle est encouragée à devenir pilote d’essai automobile. Elle participe même à quelques rallyes automobiles. Sans le savoir, elle est formée à devenir une experte dans tous les domaines requis pour être un agent secret accompli.

Au plus fort de la guerre froide, vers 1962, elle travaille sur un bateau porte-conteneur autour du monde.

Vers 1975, elle obtient son diplôme de pilote de ligne et fait son premier vol Air France sur Caravelle sur des lignes africaines.

Vers 1985, rappelée par le gouvernement, elle doit changer de vie à nouveau et devient pilote de chasse sur Mirage F1. Son identité reste secrète.

Fin mai 1995, le gouvernement français l’envoie en Bosnie-Herzégovine sous couverture, comme sniper, pour intervenir dans la ville de Srebrenica. Durant le mois de juillet, sa dernière mission d’infiltration en solo, sans ravitaillement, dure près de trois semaines. Suite à cette mission réussie, elle devient la Main de la République, nom de code Phoenix.

En 1997, Helena retourne dans une escadrille de chasse sur Mirage 2000.

En 2002, Helena suit une remise à niveau à l’ENAC, et vole ensuite sur appareils militaires.

En 2005, Helena commence un nouvel entraînement de nageur de combat avant d’entrer au service action de la DGSE.

En 2012, Helena commence son combat pour défendre sa vie. Elle devient pilote de chasse sur Rafale Marine. Population humaine Terre : 6,7 Milliards.

En 2200, Helena vit sur Mars, où elle subit une ultime attaque de ses ennemis. Les mécanismes génétiques de sa longévité commencent à être compris. Population humaine Terre : 16 Milliards. Population humaine Mars : 3000.

Vers 2400, Helena vit sur Titan. L’humanité commence à bénéficier de traitements de longévité. Éradication des maladies infectieuses. Population humaine Terre : 22 Milliards. Population humaine Mars : 2 Millions. Population humaine Titan : 1 Million.

Vers 3000, Helena quitte le système solaire sur un vaisseau pèlerin. Population humaine Sol : 80 Milliards. Population humaine externe Sol : 6 Milliards.

Vers 10000, Helena est témoin d’un premier contact. Population humaine Sol : 120 Milliards. Population humaine externe Sol : 10 Milliards.

Vers 15000, Helena quitte la Voie Lactée en direction du centre de l’univers... Population humaine galaxie : >300 Milliards. Population humaine externe galaxie : >50 Milliards.
On m'appelle Yabaar.
Avatar de l’utilisateur
yabaar
Administrateur - Graphisme
Administrateur - Graphisme
 
Messages: 596
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h16
Localisation: Gamma Quadrant via le wormhole de WSBG

Yabaar - La Main

Messagepar yabaar » Mardi 12 Novembre 2013, 13h45

Notes

Au sujet du forum romain, voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Forum_Romanum

La montre GEOS9 contient les fonctions suivantes : anémomètre-girouette, boussole, hygromètre, thermomètre, baromètre, altimètre et heure/chronomètre combinés dans un objet de quelques grammes.

Groupe Aéronaval Agapanthe 2012 (fictif) : porte-avions nucléaire Charles de Gaulle (R91) avec à son bord des Super Etendard Modernisés (11F), Hawkeye (4F), Dauphin (35F) et Rafale (12F), son chien de garde la frégate antiaérienne Cassard (D614), le pétrolier ravitailleur Somme (A631), la frégate anti-sous-marine Tourville (D610), les frégates furtives Aconit (F713) et Guépratte (F714), et le sous-marin nucléaire d'attaque Émeraude (S604).

Équipement du Pilote de Chasse : sous-vêtements ignifugés (caleçon long et veste), combinaison de vol (poches au niveau de l'épaule, de la poitrine et des tibias, scratch sur les jambes), chaussures de vol (lacets avec deux fermetures éclair), pantalon anti-g (dispose d'un embout à relier à l'avion pour le gonflage, poches au niveau des tibias, pochettes transparentes sur les jambes et nombreuses sangles de réglage), gilet de sauvetage (gonflage de cartouche ou valve, relie le pilote à son paquetage de survie), casque (dispose d'une visière claire et une visière sombre, dispositifs audio-phonique (écouteurs et microphone) reliés à la radio de l'avion et masque à oxygène.

Marseille : [url]http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_Marseille_de_sa_fondation_au_Vème_siècle[/url]

Carthage : http://fr.wikipedia.org/wiki/Carthage

Hamilcar Barca : http://fr.wikipedia.org/wiki/Hamilcar_Barca

Srebenica : http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Srebrenica
On m'appelle Yabaar.
Avatar de l’utilisateur
yabaar
Administrateur - Graphisme
Administrateur - Graphisme
 
Messages: 596
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h16
Localisation: Gamma Quadrant via le wormhole de WSBG

Re: Yabaar

Messagepar neocobalt » Samedi 16 Novembre 2013, 22h05

Ave,
Je n'ai lu que les trois premiers chapitres de la Main, et sur le fond c'est très plaisant, alerte et divertissant.
C'est bien écrit, avec une assez bonne maîtrise du background, même si je trouve le style épuré, au point que l'on ne sait plus vraiment s'il s'agit d'un premier jet ou alors d'un texte à soumettre. Peut-être aussi un petit peu trop enclin à mon goût au pathos ; ce qui relève de ma subjectivité que d'autres ne partageront pas.
Sur la forme, je me suis surpris à peiner un petit peu dans la lecture des premières lignes ; à cause je crois du style télégraphique dans le premier paragraphe et de l'emploi déroutant du caractère dièse "#" en séparateur de paragraphes. Si ces deux achoppements auront contribué à faire boguer la synthèse vocale de mon e-reader, ils m'ont fait boguer moi-même à la lecture des flashes-back, et non moins tiquer à l'évocation nostalgique du Virgin des Champs aujourd'hui fermé. Il me fallait lire tout simplement la date figurant dans le premier paragraphe évoqué plus haut, situant les événements en 2012, avant donc la récente fermeture de l'enseigne désormais légendaire (Helena ne l'aura pas sauvée).
Trêve de sarcasmes, j'en reviens à mon commentaire, j'ai beaucoup aimé le texte lu. Je m'attelle ce week-end à la suite, et ne manquerai pas de continuer à partager ma lecture et mon ressenti.
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4300
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Re: Yabaar

Messagepar neocobalt » Dimanche 17 Novembre 2013, 10h18

Je viens de lire les chapitres suivants de la Main, jusqu'au 9ème inclus. Captivant. :D

Concernant l'esquisse d'une bétalecture, du côté de l'orthographe, j'ai relevé l'emploi récurrent de "coté" au lieu de "côté".
Du côté des redondances, des répétitions, j'en ai relevé une dans un dialogue du chapitre 6 "- Je n’en sais rien. Cependant, ma cible éventuelle doit être considérée comme létale. - Nous aimons le calme dans la région. - Je comprends, cependant ma mission dépasse largement le cadre insulaire". Et dans le chapitre 7 "le glissement d’une glissière".

En bref, sans trop d'habillage des remarques de ma part - et je m'en excuse par avance, enclin à une hâtive confession de ma lecture :

Chapitre 4, "elle remarqua immédiatement un hélicoptère en vol stationnaire à environ cinq cent mètres d'altitude". Je me demandais s'il y a matière à interpréter "altitude" par "hauteur" ?
Je butte sur "près de l'une des deux voitures pie qui dérapaient et qui fut projetée dans le bas coté".
Sans suggérer sa nécessité, je vois peut-être une correction à faire sur la phrase "La cache, derrière le sofa du salon, produisit des passeports accompagnés de diverses cartes de crédits et d’identité", en la tournant un peu différemment "Derrière le sofa du salon, la cache produisit des passeports accompagnés de diverses cartes de crédits et d’identité".

Chapitre 5, je tique sur "Sa carte de journaliste et son accréditation lui avaient permis de passer l’entrée des artistes en même temps qu’un petit groupe d’enfants bruyants accompagnés de leur professeur. Le minibus la déposa devant le studio 4 des Studios Paramount".

Chapitre 7, "Elle plaça une main sur la bouche de Clément, et elle fit lentement et légèrement pivoter le couteau. L’homme gémit en battant des jambes" s'apparente à une scène de torture légère (bel oxymore) qui ne me paraît guère aller à son personnage.
La phrase "Elle enfila des gants que l’officier médico-légal lui tendit" pourrait-elle être tournée autrement, par permutation par exemple dans "que l’officier médico-légal lui tendit" et sonner plus agréablement à l'oreille d'un "que lui tendit l’officier médico-légal".

Chapitre 8, petit soucis de conjugaison dans "Lors de la remise des gaz du chasseur, malgré leurs bouchons d’oreille, le bruit les obligeât à plaquer leurs mains sur les oreilles".

Chapitre 9, permutation envisageable dans "Le rapide navire allait droit vers les côtes de Guyane", sachant que le nom "navire" n'est pas suivi d'un complément. L'éternelle réflexion à propos de la place de l'adjectif épithète qui rend possible une seconde tournure pourquoi pas "Le navire rapide allait droit vers les côtes de Guyane". En effet, et c'est paradoxal, cette seconde tournure me paraît davantage évoquer l'idée que le navire est un bateau qui est rapide, tandis que la première "le rapide navire" exprime explicitement cette qualité. Or, quand je lis la seconde tournure que je suggère "Le navire rapide allait droit vers les côtes de Guyane", je ne l'entends pas sonner pour autant "Le navire allait rapidement droit vers...". Aucune des deux tournures n'est ainsi réfutable, mais la réflexion demeure sur la place de l'épithète. :)
Par ailleurs, toujours dans ce chapitre 9, faut-il comprendre "Alors que le chef d’escadre 12F commençait le tableau de vols d’entraînements de la journée" par "Alors que le chef d’escadre 12F commentait le tableau de vols d’entraînements de la journée" ?
J'ai aussi quelque difficulté à savoir qui pilote Sierra Un et Sierra Deux, de Laverdure et Augereau.
J'ai relevé une erreur de conjugaison dans "Exténuée, elle avait du se plier aux ordres du chef d’escadrille".

Encore bravo et merci pour cette agréable lecture.
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4300
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Re: Yabaar

Messagepar yabaar » Mardi 19 Novembre 2013, 11h30

@neocobalt
- Diverses corrections effectuées suivant tes remarques.
- Que penses-tu du début de chapitre 10, du chapitre 14, et du début de chapitre 15?
- Quels passages considères-tu comme tirant vers le pathos?
- Le style est en effet épuré à dessein (y compris les flashbacks historiques), car j’élimine le plus possible ce qui peut ralentir l'action. Le but est que l'on découvre Helena par ses actes et non par des descriptions psychologiques interminables.
On m'appelle Yabaar.
Avatar de l’utilisateur
yabaar
Administrateur - Graphisme
Administrateur - Graphisme
 
Messages: 596
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h16
Localisation: Gamma Quadrant via le wormhole de WSBG

Re: Yabaar

Messagepar neocobalt » Jeudi 21 Novembre 2013, 06h27

Je regarde ça ce week-end. Il va me falloir relire en bonne partie depuis le début, jusqu'au chapitre 9.
Sur le fond, je présenterai les courts passages qui me paraissent virer au pathos. C'est un aspect de ma lecture purement subjectif, je le rappelle.
Et concernant le style, je vois deux pierres d'achoppement : les virgules et les "et". Cela relève de la forme, de la ponctuation ; une question de syntaxe dont j'essaierai de faire une lecture un peu plus objective.
Cela devrait me prendre un peu de temps, mais tu peux espérer un retour de ma part samedi en fin de matinée. :)
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4300
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Re: Yabaar

Messagepar neocobalt » Samedi 23 Novembre 2013, 09h12

Comme annoncé, Yabaar, voici la citation des passages qui m'inspirent un ressenti de pathos - bien moins fort qu'en première lecture.

Le silence s’installa dans le bureau que le soleil de fin d’après-midi illuminait de ses rayons. Les bruits de Paris étincelaient dans l’air. Le colonel et son agent échangèrent ce regard qui n’appartient qu’à ceux qui connaissent le prix de la liberté, pour que la population puisse vaquer à ses occupations, insouciante, protégée. L’instant était passé.
- Le Président envoie ses félicitations pour la mission.
- Merci. Les otages vont bien ?
- Oui, les passagers sont tous rentrés chez eux, encore un peu groggy de la drogue qui les avait assommés. Les hommes que vous avez capturés sont au frais. L’équipage du navire est toujours en débriefing. La D.C.R.I. va surveiller tout ce petit monde au cas où. On essaie également de calmer la meute de journalistes.
- J’en suis heureuse.
- Vous avez fait du bon boulot. Prenez quelques vacances. Retournez chez-vous.
- Charles, je n’ai pas de chez-moi. Tu... Vous le savez bien..., murmura-t-elle.
Etcheverry hocha la tête devant la tristesse soudaine de son agent.
- Reposez-vous. Un mois. C’est un ordre.
Elle se leva et se dirigea vers la porte.
- Helena...
Elle se retourna et regarda le Vieux, assit derrière son bureau.
- Faites attention à vous.
- Oui Charles, acquiesça-t-elle.


- Quant elle choisit ses missions, elle ne les lâche pas. Selon ses principes, son sens du devoir, dit Etcheverry.
Ils s’étaient approchés de la fenêtre donnant sur les Champs-Élysées. Ils regardèrent leur agent sortir du bâtiment. La ministre souffla sur le café brûlant et répondit :
- Elle souhaite faire le bien. Comme elle le fit pour vous, Etcheverry. N’est-ce-pas ?
Le Vieux montrait une fatigue extrême. Néanmoins un léger sourire éclaira son visage. Hochant de la tête, il soupira :
- La seule façon de donner un sens à sa vie. Elle a toujours été comme ça.

A noter une coquille sur l'orthographe de "Quant".
Concernant "Le Vieux montrait une fatigue extrême.", voir la note en fin de message.

Remarque annexe, je bugue sur ce passage :
Faisant attention à ne pas s’entailler les mains, elle étendit le blouson sur le rebord de la verrière qu’elle enjamba. Puis, elle s’assit à califourchon sur le blouson.


Poursuivons notre lecture relative au pathos.
- Julie, s'écria-elle en se précipitant et se jetant dans ses bras. Elle se mit à pleurer. Helena la berça quelques instants, puis la regarda intensément, droit dans les yeux.
- Vous allez bien ?
L'hôtesse acquiesça et avala un dernier sanglot. Helena essuya ses larmes.
- Julie, vous nous avez sauvés.
- Pas tous malheureusement.
- Oh Julie... En plus de Pierre et Jean, trente huit morts, dont dix-sept disparus éjectés hors de l'avion. L'une de mes collègues... Deux rangées de sièges arrachées sur le pont supérieur. Une centaine de blessés.
Helena, qui connaissait déjà l’état des pertes humaines, hocha la tête longuement, regarda intensément l’hôtesse et posa la question :
- Annie, je n’étais pas à bord... Vous comprenez ?
- Oui, Julie.
La réponse fut accompagnée d'un triste sourire. Ses lèvres tremblaient encore. L’hôtesse saurait se taire.
- Bien.
- Vous reverrai-je ?
- Un jour, peut-être, conclut Helena en embrassant la jeune femme sur le front.


Lumière douce, chaude, aveuglante, arc-en-ciel de couleurs, tourbillons furtifs de sensations, brûlures qui disloquent l’âme, peur soudaine de la barrière, de la frontière de son esprit, de ses souvenirs enfouis, inaccessibles, douleur de la perte des siens, perdus dans le temps éparpillé en minuscules gouttes de rosée à la surface d’un océan déchaîné, rugissement du néant, trou noir qui aspire le bord d’une galaxie mourante, violente accélération vers un brasier extraordinaire, vision infernale déchirée par des cris et des hurlements, puis le silence, assourdissant mouvement des planètes, caresse d’une onde, musique de l’eau qui court, une fleur s’ouvre, une feuille chatoyante se courbe sous le vent, se détache et s’envole vers la douce lumière.
Helena essuyait encore ses larmes en se glissant sous les draps. La douleur éperdue était revenue. Elle voulait crier, mais quoi ? A qui ? Aussi loin que remontaient ses souvenirs balayés par le temps, elle avait été interminablement seule.
Elle le serait toujours. À jamais.


Pour la problématique du pathos, je te suggèrerais d'appliquer la même recette que pour la scène du couteau - tu as bien négocié le passage.
D'ailleurs, dans le chapitre 12 survient la mort inattendue de Charles Etcheverry. Pourrait-il y avoir des signes précurseurs abordés dès le chapitre 2 qui permettraient de mieux faire passer la pilule du pathos ? Certes, tu annonçais pourtant la couleur à mieux y regarder d'un bref et peut-être trop discret "Le Vieux montrait une fatigue extrême."
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4300
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Re: Yabaar

Messagepar neocobalt » Dimanche 24 Novembre 2013, 18h15

À mon sens, je crois que j'y suis peut-être allé un peu fort avec le terme de "pathos", et je m'en excuse si besoin est. J'aurais préféré formuler cela autrement. Cela n'appelle aucune correction dans les passages de ton texte que j'ai cités, car c'est venant de moi un ressenti purement subjectif, et je ne fais part que de ma lecture. D'autres auront une lecture différente de la mienne, un tout autre ressenti. Mon manque de disponibilité ces jours-ci ne m'a juste pas permis de présenter une argumentation convenable. La beta-lecture n'est pas un exercice facile, tout comme l'écriture et la relecture - je serais tenté d'appeler cette dernière l'alpha-lecture.
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4300
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Re: Yabaar

Messagepar neocobalt » Dimanche 15 Décembre 2013, 13h38

Salut, Je vais t'embêter un peu Yab. Ce serait au sujet du chapitre 9. Accepterais-tu d'écrire quelque chose de plus couillu, une version où tous les Rafales se retrouveraient au tapis et où Helena s'éjecterait depuis la haute atmosphère (après avoir flingué le missile avec son zinc faute de munitions) ?

PS : À un moment, tu écris "R891" au lieu de "R91", sauf erreur de ma part. Pourrais-tu vérifier stp et me dire ce qu'il en est au juste ; je n'ai pas relu encore tout ça avec tes dernières modifications.
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4300
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Re: Yabaar

Messagepar yabaar » Lundi 16 Décembre 2013, 13h06

Pourquoi pas. Je devrais placer la description d'un ravitaillement ailleurs. Je vais y réfléchir...
On m'appelle Yabaar.
Avatar de l’utilisateur
yabaar
Administrateur - Graphisme
Administrateur - Graphisme
 
Messages: 596
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h16
Localisation: Gamma Quadrant via le wormhole de WSBG


Retourner vers Membres

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité