Robert A. Heinlein (1907-1988)

Tout sur vos écrivains préférés : biographies et bibliographies

Robert A. Heinlein (1907-1988)

Messagepar neocobalt » Dimanche 15 Avril 2007, 08h45

Robert A. Heinlein,
l'auteur de Starship Troopers.

Un titre qui gronde comme un explosion thermonucléaire !
Glorification de la guerre.
Militarisme imbu d'un patriotisme exacerbé.
Tout fut dit sur Robert Anton Heinlein (1907-1988).

Par ce roman phare de l'époque de la guerre de Corée, l'auteur passa en 1959 pour un réactionnaire, faisant l'apologie de la guerre, réputation qui lui colla à la peau jusqu'à la fin de ses jours. Sur la fin de sa vie médiatique et politique, Heinlein entraîna même Reagan à lancer le fameux bouclier spatial anti-missiles. Cela lui valut des anathèmes de nombres d'intellectuels, y compris de ses pairs, en particulier d'Ursula Le Guin.

Et pourtant outre Starship Troopers (Etoiles, garde-à vous !, en français), il a écrit bien d'autres histoires. En particulier, son principal cycle de romans "Histoire du Futur" écrite de 1939 à 1967. Des romans de ce cycle, s'il ne faut en retenir qu'un, c'est "Stranger in a strange land" (En terre étrangère), Prix Hugo 1962...

Puis vint la surprise qui prouva définitivement que Robert Heinlein était l'un des plus grands auteurs de SF du 20ème siècle et l'un de ses piliers, aux cotés de John Campbell, Ursula Le Guin, Isaac Asimov et Arthur C. Clarke. Le roman "Friday" (1982)(Vendredi), habile mélange d'anticipation, d'action et d'espionnage - on a l'impression de voir un James Bond - présente un personnage féminin comme on en voit peu. Un équivalent au cinéma serait Helen Ripley. Les instants de repos de Friday, à la recherche d'une vie de famille malgré la tourmente d'une guerre mondiale, contrastent avec les actes de guerre et l'extrême violence de certaines scènes. Grâce à ce personnage, Robert Heinlein fait preuve d'une sensibilité insoupçonnée et écrit une fable humaniste au dénouement inattendu.

Et comme toute bonne chose doit avoir une fin, on referme le livre avec le regret que l'histoire se termine sur le papier, mais heureux d'imaginer Friday dans sa vie future.

( Lire l'article original de Yabaar : http://yabaar.free.fr/auteurs/robertheinlein.htm )
Avatar de l’utilisateur
neocobalt
Webmaster
Webmaster
 
Messages: 4326
Inscription: Samedi 14 Janvier 2006, 15h29
Localisation: Paris

Retourner vers Vos Auteurs Préférés

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité